Pourquoi les arbres sont indispensables en ville ?

Loin de toutes polémiques sur les nombreux abattages d’arbres dans nos parcs et autres lieux de Saulx les Chartreux, nous souhaitions rappeler les nombreux bienfaits des arbres en ville et la nécessité de préserver notre patrimoine arboré. Abattre un arbre n’est pas sans conséquence sur la qualité de l’air qu’on respire, la lutte contre les ilots de chaleur provoqués par le dérèglement climatique et l’artificialisation de sols, le maintien de la biodiversité, la qualité du sol et de l’eau dans le sol, la qualité de notre cadre de vie.

Des atouts essentiels pour la qualité de notre cadre de vie
Bien mieux que la climatisation, les arbres luttent contre les îlots de chaleur en ville (lire plus)

Face aux risques de fortes canicules, l’arbre est, encore une fois, un précieux allié. En effet, les bâtiments et les sols, surfaces dites imperméabilisées, concentrent la chaleur en été, ce qui génère des îlots de chaleur. Les arbres permettent d’absorber une partie de cette chaleur.

Ceci est dû au phénomène de transpiration des végétaux. Pour équilibrer les quantités d’eau et d’énergie venant du rayonnement solaire dans leurs tissus, ils rejettent de l’eau dans l’air et font ainsi diminuer la température ambiante de quelques degrés. Ce phénomène est le deuxième élément le plus important du cycle de l’eau, après la pluie.

Les arbres présentent un double bénéfice face au dérèglement climatique : d’une part, ils stockent du carbone responsable de ce dérèglement et de l’autre, ils permettent d’atténuer les effets des canicules, l’une des manifestations du changement climatique.

Les arbres nous protègent contre la pollution de l’air (lire plus)

En Île-de-France, 7 900 décès prématurés pourraient être évités chaque année si les seuils de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) étaient respectés, indique une étude d’AirParif et de l’Observatoire régional de santé (ORS), publiée le 10 février 2022. En 2019, cette pollution était responsable de près de 1 décès sur 10 dans la région la plus peuplée de France. (Source Reporterre)

Les arbres produisent de l’oxygène par la photosynthèse, captent du CO2 pendant leur croissance et fixent de nombreux polluants atmosphériques.

A Saulx les Chartreux, la qualité est dégradée par les rejets kérosène et autres gaz et les particules en suspension provenant du survol des avions de l’aéroport d’Orly.

D’où la nécessité de préserver notre patrimoine arboré.

Les espaces boisés assurent le maintien de la biodiversité dans les villes (lire plus)

La diversité des essences d’arbres, la présence d’arbres très vieux et porteurs de microhabitats (cavités, fentes, coulées de sèves…) en plus de représenter une richesse pour la biodiversité d’un écosystème en tant que végétal, assurent également l’habitat (abri, protection et nourriture) de plusieurs espèces d’oiseaux, insectes et petits animaux (marmottes, campagnols, écureuils, etc.)

Les arbres améliorent et protègent la structure du sol et la qualité de l’eau dans le sol (lire plus)

De concert avec une limitation de l’artificialisation des sols, les racines des arbres et arbustes stabilisent le sol et maintiennent en place les éléments le structurant. Une partie de l’eau de pluie est interceptée par le feuillage, ce qui ralentit sa descente et favorise son infiltration dans le sol. De plus, une portion importante de l’eau de pluie qui arrive au sol est absorbée par les racines des arbres.

Les arbres participent à notre qualité de vie (lire plus)

Les arbres contribuent à diminuer le stress et l’agressivité et renforcent le sentiment de sécurité.

Nos arbres sont précieux, nous devons en prendre soin et les préserver !

L’abattage d’un arbre est donc l’affaire de tous et en ce sens il est indispensable que l’ensemble des Salucéens soit informé avant que ces opérations soient effectuées. Que nous sachions si des mesures de soins ont été apportées avant d’arriver à cette extrémité où l’arbre devient dangereux pour le public. Car avant que l’arbre replanté nous apporte tous les bienfaits qu’un arbre bicentenaire ou même de 50 ans nous prodiguait, il faudra bien encore quelques générations.

Quelques photos des abattages dans le parc de la Jonchère et le parc Jean Marc Bernard (parcs en Espaces Boisés Classés), des élagages drastiques des arbres du parking du cimetière ancien, des coupes d’arbustes dans le chemin du cimetière paysager.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.